De formes et de tailles très diverses

La cornemuse à hautbois (perce conique et anche double) apparaît vers 1300. Cet instrument n'est pas importé d'Orient. En fait, c'est l'anche double, connue dans l'Antiquité, mais abandonnée en Europe occidentale depuis les Romains, qui revient par les ports italiens et les routes commerciales méditerranéennes.

L'antériorité des sources arabo-musulmanes permet de supposer une origine orientale à l'anche double et à la perce conique. L'anche double réapparaît en occident et par diverses expérimentations, on l'adapte à des instruments prenant des aspects différents.

Grande cornemuse fabriquée en buis de forme simple semblable aux dessins du haut Moyen Age. Le "réservoir à air" de la cornemuse est formé d'un sac de cuir, le plus souvent en peau de chèvre. Dans les illustrations, les cornemuses sont souvent répresentées avec une tête sculptée dans laquelle on place le chalumeau.

En breton, le mot "binioù kozh" signifie "vieille cornemuse". Le "binioù-kozh" (en bleu au dessus) est sans aucun doute l'instrument le plus traditionnel et le plus populaire de Basse-Bretagne. Il en existait dès la fin du XVIIIe siècle, et probablement antérieurement aussi. Des gravures anciennes montrent le kozh avec un grand lévriad (hautbois), ce qui attesterait qu'il a autrefois joué à la même hauteur que les bombardes.

Veuze de Bretagne Cornemuse de Northumbria

Cette petite cornemuse (en bleu, à droite) est un "Northumbrian Smallpipe", un instrument que l'on trouve seulement dans le nord-est de l'Angleterre. C'est une cornemuse très sophistiquée, fabriquée en ébène et en ivoire, avec un système de touches et de nombreux bourdons, mais malgré tous ces raffinements, elle est utilisée seulement pour la musique traditionnelle. Elle a un son doux et elle est jouée avec un petit soufflet sous le bras droit pour envoyer l'air dans le sac.

A gauche, une autre cornemuse traditionnelle de Bretagne, la veuze. Comme le binioù-kozh, cette cornemuse a gardé la forme des instruments du treizième siècle. La veuze était tournée en palissandre, et décorée avec des incrustations d'étain.

Considérée comme l'emblème du folklore auvergnat, la cabrette rencontre de nos jours de plus en plus d'adeptes. L'instrument est jouée avec un soufflet et les hautbois sont fabriqués dans toutes les tonalités de la gamme.
Dessous, une cabrette taille 39 (sol/do) fabriqué de prunier (teinté) et buis.