Une recéation du XIIIe siècle

Un manuscrit connu sous le nom de 'The Rutland Psalter' a été écrit à Londres entre 1250 et 1260, et le document est actuellement aux archives de la British Library. Le 'Rutland Psalter' est plein d'illustrations détaillées dont l'une montre le roi David jouant de l'orgue. Sur cette même illustration, un autre musicien est assis à côté du roi et joue une forme précoce de la vielle à roue. Comme l'orgue et le roi David suggèrent qu'il s'agit de musique religieuse, la vielle est peut-être un petit 'organistrum'; un instrument utilisé à l'église précéédemment à l'orgue. Cependant, l' 'organistrum' nécessite deux musiciens; un pour tourner la manivelle et l'autre pour jouer sur le clavier.

     

Cet instrument, par sa forme relativement moderne et sa couleur bleue, m'a frappé comme étant d'une conception intéressante pour en faire un projet de réalisation et, par conséquent, j'ai reproduit des dessins, sur la base des proportions de l'instrument présent sur l'illustration, pour fabriquer deux vielles.

L'instrument n'a que trois cordes et on ne peut que spéculer sur la fonction de ces cordes. Il se peut bien que l' 'organistrum' ait eu les trois cordes accordées en harmonie et (joué en parallèle organum) pour accompagner le plain-chant. Peut-être deux cordes servaient à la mélodie et la troisième était utilisée comme un bourdon pour l'accompagnement ; il n'y a pas de réponse certaine. Sur mon premier prototype, j'ai utilisé une chanterelle (corde mélodique) et deux bourdons, mais la mélodie n'était pas vraiment assez forte quand les deux bourdons étaient joués ensemble. La deuxième solution était d'utiliser deux chanterelles accordées à l'unisson pour donner une mélodie forte, mais cela limitait le bourdon à une corde.

Cette restriction a été surmontée par l'addition de capodastres sur le bourdon qui permettent facilement de régler des fréquences différentes. Il y a toujours une seule corde de bourdon mais plusieurs tons sont maintenant possibles afin d'offrir un choix d'accompagnement à la mélodie.

L'instrument est accordé avec une corde ouverte en Ré avec un bourdon en Ré une octave plus grave. Les capodastres offrent la possibilité de relever le bourdon à MI ou à SOL. La longueur de la corde est de 436mm, ce qui est considérablement plus que sur la vielle à roue 'soprano'; une gamme d'une octave et une cinquième est disponible sur le clavier.

Il n'y a aucun chien ou trompette installé(e) sur ce type d'ancienne vielle.

Le clavier d'origine médiévale était diatonique, mais l'instrument reconstruit dispose d'un clavier chromatique. Je sais que ce n'est pas authentique, mais c'est très pratique. La plupart des musiciens exigent des instruments chromatiques et il est conçu ainsi pour cette raison. En outre, les chevilles médiévales ont été remplacés par des accordeurs mécaniques. Encore une fois, ce n'est pas fidèle à la période mais cela permet de garder l'instrument au diapason ; les chevilles traditionnelles n'ont pas la même précision, loin s'en faut.

Cette vielle médiévale a été entièrement construite en érable : la table d'harmonie, le dos, les côtés, le manche et le boîtier du clavier. Une teinte bleue a été ajoutée et la décoration (en blanc) a été peinte à la main; le cadre blanc autour du couvercle de boîtier du clavier est incrusté. Les clés sont fabriquées en buis avec des touches en os. Le tout est complété par un étui robuste en bois de protéger l'instrument